[an error occurred while processing this directive]

Ieper/Ypres, U.L.F./O.L.V./Nôtre-Dame, 1268.09.

[Angaben zu diesem Text]

El nom dou Pere et dou Fils et del Saint Esprit, cest li ordinance et li pourveance faite de commun conseil de le vile d'Ypre sour l'estat et sour le maniere dou vivre de chiaus qui serviront en lospital dYpre que on siut appeler freres et sereurs communement, à pre-mieres si est il ordene que il ni at ke quarante personnes de ces servans, vint hommes et vint femmes ne plus nen y pueent estre en nule maniere.

Apres a on ordene quikonkes vint estre recheus en celuy hospital aveuc les aultres servans que on apele communement freres et sereurs, il i doit aporter tous ses biens autrement on ne le rechevera mie, mais cil qui rient na. rechevera on pour Dieu par les recteurs de le maison devant dite, et chiaulx doit on pourveir des biens de le maison devant dite, mais le nombre devant dit ne puet on passer en nulle maniere.

Arpres a on ordene ke le devant dit servant doivent dire seet Pater noster et seet Ave Maria pour les biens facteurs de le maison devant dite seet fois chacun jour selon les seet hores que on tient en sainte Eglise et ce ne puevent il ne ne doivent laisser pour nulle occoison de eslongue ou dautre chose, fors seulement pour maladie, et li malade prvei kil puissent movoir langue et levres doivent dire chacun jour trente Pater noster et trente Ave Marla, et li devant dit servant doivent juner de le feiste saint Martin en yver desci al Noel, et es premieres trois semaines poront mangier blancke une fois les venredis, et es aultres trois semaines juneront il les deluns et les demerkes et les venredis en viande de quaresme, les aultres jours man-geront il blanc, et il doivent tenir les junes de quaresme entierement, et de quatuor tempres et de vigiles selon l'estatut de sainte Eglise, et si doivent juner trestous les devenres del an en viande quaremense, et se aucuns des servans devant dis par faibleté de vielleche ou pour tres grant labeur kil ait fait ou pour aucun autre loial esloigne les devant dites junes ne puist tenir, il doit dire à son priestre, et soulonc le conseil de son priestre il doit ouvrer; et chacuns des servans devant dis de chiaus ki leur sautier sevent doivent dire trois sautiers pour lame de son compaignon trespassé, et ki ne seit son sautier doit dire trois cens Pater noster et trois cens Ave Maria.

Et apres a on ordene ke ne li maistres ne nul des servans devant dis puet boire vin en le maison là où il manguent comunement ke on appele es abbeies refectoire, se on ne le puet departir à tous, et si on leur donne vin ke on ne le puist à tous departir, on le doinst à chiaus ki le plus grant mestier en ont.

Après on a ordené ke li servant devant dit peuent mangier char del Noel duskes ale Karesme, et de le Paske aussi duskes à le saint Martin en yver les diemenches, les mardis et les juesdi, et si aucuns des servans devant dis pour le besoigne de la maison va hors, il puet mangier chou que on li met devant es hosteuz là où il sera rechus.

Après a on ordene ke li servans ki sieent entraus à table et manguent doivent tenir silence fors li maistres, et cil ki à aus ou al maistre servent pueent parler entre aus basement et nient sans necessiteit, et si ne pueent parler al maignans et se aulcuns del maignans parole à le table, on le doit ferre en la main dune paumoire voiant des autres, et si ne puet ke deus mes à mangier avoir ne plus ne moins, si ce nest pour le haulteche de aulcun hault jor, ou pour aucune messe solempneuse, ou que on lor doinst pitance pour aucune aumosne, et tout doivent obeir à lor maistre; et se aucuns encontre le commandement li maistre ou de celui que li maistres aura mis en son lieu, issie hors de le maison devant dite pour peregrinaige ou pour aucune aultre maniere, il ne puet rentrer dedens la maison de si à dont kil ait bien fait le penitance, et ait avoec boins moineurs, et si aucuns pelerins ou errans par necessité requiere la carite ec le maison, on le doit rechevoir une nuit seulement, et sil na que manger li cariteis de le maison le doit pourvere.

Après a on ordené ke li poure et li faible languissant li quel nont nomée et aperte maladie mangeront de teus viandes ke li servant devant dit, et cil ki sunt si malade ki aient desir daucuns especiaus viandes et delicieuses on lor doit donner ce quil demandent se necessiteis à chou les destraint, prins que on le puist avoir aisiulement, et se aulcuns de chiaus ki malade ne sunt par lecheries de viandes veues ou flairées ou-trageusement le demande et sans necessiteit, ou quil aucunes laides paroles en die, il en doit faire penitance de jeuner deus jours en pain et en aigue, et se aucuns soit convencus de larechin nomeit dessous deus sous, par cascun denier perdra sa provende dun jor et ensi de tant de deniers tant de jors. Et qui convencus est de larenchin de vaillissant deux saus, il perdra se maison un an, et qui oultre deux solz en est convencus il perdra sa maison à tous jours sans es-perance de revenir jamais; et se aucuns des servans devant dit, laide parole ou outrageuse a lautre die ou aucuns malades laidement ou malement trete, il doit souffrir telle penance kil doit serre devant les maignans en my laire al manger, el si doit manger sans nape et si le doit on aporter un pain entier sans coutiel tel que on maingue a le table, et un hanap plain deuwe et nule chose autre, et ceste june fera il en tel maniere quatre jors, deux demerkes et deux devenres, et se aucuns daus fiere lautre, li home devant les homes, les femmes devant les femmes seront batu selonc le fait ou plus ou mains. Et se ancuns daus carnelment as-samblent entraus ou avoec estraingne persone sil ni a enfant, qui de ce sera convencus il perdra se maison un an, et si enfant ia, à tous jours le perdra.

Apres a on ordene que nul ne puet demorer deveirs le maison devant dite ou rechevoir les biens de le maison fors li quarante devannommé sans les languissans et les malades et sans chiaus que le maistre leuwe pour le profit de le maison.

Apres a on ordene que li servant devant dit portent blans dras ou gris et scapelaries sans couleur, de laine comme les brebis le portent et nul aultre, et si doivent les sereurs porter blans mantiaus et rouges solliers de vake, et li ausne de drap ne doit couster à plus que trois saus et demi. Et li homme servant doivent estre reis descure les oreilles et les femes doivent estre sans treches, et nul des servans devant dis ne puet aler manger hors de le maison que on claime hospital en le vile dYpre, en maison de nul amy que il ait cousin ne parent compres que il li soit, et se aucuns rikes hom ou rike feme veulle venir à le maison et prendre habit des aultres servans par condition qu'il ait sa provende si comme li autre, faire ipuet maison dou sien deleis le maison commune des aultres servans et tenir aveuc sa feme se elle veut avoir tel abit com li autre, mais quil doinsent une partie de leur avoir al profit de le maison et lautre partie retiengnent, et la poront vivre à leur volente mais que ce soit honestement et loiaument et polront recevoir dou leur, leur counissables et leurs amis chaus quil vauront, et se aucuns de ceus mariés muire devant lautre, cil ki demeure doit vivre et remanoir en castite.

Et ordene est ke li servant devant dit et li lowits doivent obeir au commandement de celuy ki sera ordenés a maistre en le maison devant dite, et li doivent porter honeur et reverence; li inobedient doivent estre punit de jeuner un jour en pain et en euwe, li lowis inobediens doit estre boutes hors: li lowits servant doivent converser honestement devens le maison et soi honestement maintenir, nen doivent ne laidement ne vilainement parler ne cauter cansons qui nafierent en tele maison, et si doivent ileucques vivre castement et saigement, et se aucuns des servans lowis fust convencus ke devens le propris de le maison fesist fornication ou adultere, pour tel fourfait on le doit bouter hors de le maison et si doit perdre son loier.

Après a on ordene se aucuns malades pour necessité requiere le maison, au commenchement il fache satisfaction à Dieu et sa confesse au prestre de le maison de ses pecies, et par conseil prenge sa penance, et ses coses sil aucunes a par le tesmoignage des servans devant dis kerke au maistre par maniere sil resparte quil reprenge ses coses, et sil meurt elles doivent demorer pour sme al us et as coustumes et al profis de le maison devant dite.

Et si a on ordene ke li devant dit servant ne aultre qui a le maison apartienent ne se pueent confesser hors de le maison avant dile fors li lowits servant. Et pour que ces choses avant dites soient toutes bien et loiaulment et fermement tenues sont ces lettres par le commun conseil des eschevins d'Ypres saielées dou saiel de le ville dYpre. Chou fu fait en lan del incarnation Nostre Seignor Jhesu Crist, mille deus cens soissante et wyt el mois de Septembre.

Lesquelles lettres sont scellés dung seel en chire verde pendant à cordes de soye.

Ghecollationeert jeghens toriginel ende bevonden accorderende by my.

(Signé) De CORTE.

[an error occurred while processing this directive]